18 | 12 | 2017
Le statut de la langue arabe en Islam - Ibn Taymiyah Imprimer Email

Lorsque nos pieux prédécesseurs sont allés vivre en Syrie et en Egypte où les gens parlaient le grec Byzantin, et en Irak et à Khurasaan où les gens parlaient Persan, ou encore au Nord de l'Afrique où les gens parlaient le Berbère, ils ont appris aux habitants de ces pays à parler l'arabe, pour que l'arabe devienne la langue la plus répandue du pays. Tous les gens, musulmans ou non, parlaient couramment l'arabe et ce, sans distinction. Tel était donc le cas à Khurasaan dans le passé, avant qu'ils ne redeviennent mous en ce qui concerne l'importance que l'on doit accorder à la langue arabe et qu'ils se soient alors habitués à parler Persan si bien que cette langue se soit répandue et que l'arabe soit totalement oublié par la plupart d'entre eux. Sans aucun doute, c’est là une chose détestable.

La meilleure méthode est de s'habituer à parler en arabe afin que les jeunes l'apprennent chez eux ainsi qu'à l'école, et pour que ce symbole de l'Islam revive chez les gens. Cela facilitera alors aux musulmans la compréhension de leur religion car ils seront plus aptes à comprendre le Coran, la Sounnah et les termes employé par les prédécesseurs, contrairement à une personne qui est habituée à parler une autre langue et qui se heurte ensuite aux difficultés de l'apprentissage de la langue arabe.

Sachez qu'être habitué à utiliser une langue a un effet évident et fort sur notre personnalité, notre comportement et notre pratique de la religion. En effet, ceci a comme conséquence de nous rapprocher d'une des caractéristiques des premières générations de cette Communauté, les Compagnons et ceux qui leur ont succédé, et cela peut donc aussi nous amener à nous rapprocher d'eux en améliorant nos pensées, nos pratiques de la religion et notre manière de vivre.

De plus, la langue arabe fait elle-même partie de l'Islam et est une obligation religieuse. En effet, c'est un devoir que de comprendre le Coran et la Sounnah et ils ne peuvent être compris sans connaître l'arabe, donc les moyens qui sont nécessaires pour accomplir ce devoir religieux deviennent aussi obligatoires. Il y a les choses qui sont obligatoires pour tout individu et d'autres qui sont obligatoires sur la communauté (si une partie de la Communauté s'en acquitte, le reste en est dispensé).

C'est la signification du rapport relaté par Abu Bakr Ibn Abî Shaybah qui a dit : "Issa Ibn Younes nous a dit que Thawr a dit de 'Omar Ibn Yazeed que 'Omar a écrit à Abou Moussa Al-Ash'ary (qu'Allah l'agrée) pour lui dire : "Apprenez la Sounnah et apprenez l'arabe ; apprenez le Coran en arabe car il est en arabe." Selon un autre hadith rapporté par 'Omar (qu'Allah l'agrée), il a dit : "Apprenez l'arabe car c'est une partie de votre religion, et apprenez comment la propriété d'un mort doit être divisée car ceci fait partie de votre religion." Cet ordre de 'Omar, d'apprendre l'arabe et la législation, combine les choses qui sont nécessaires, car la religion implique la connaissance de mots et d'actions qui doivent être compris. La compréhension de l'arabe est la façon de comprendre les mots de l'Islam, et la compréhension de la Sounnah est la façon de comprendre les actions de l'Islam.

 

Extrait de Iqtidaa'us-Siraatil-Mustaqeem (2/207) de cheikh Ibn Taymiyah

 
Tome 1 de Médine
No images
Tome 2 de Médine
No images
Tome 3 de Médine
No images
Tome 4 de Médine
No images
Cours en ligne
Liens Web
Al-Ajroumiyah
Qui est en ligne ?
Nous avons 11 invités en ligne