22 | 10 | 2017
Traduction du texte Al-Ajourroumiyah PDF Imprimer Email
Écrit par Administrator   
Mercredi, 20 Août 2008 17:08

Recueil de grammaire surnommé « El AAjrromyah »
[الْآجُرُّومِيَّةِ.]
Introduction
Au nom d’Allah le Tout Clément Le Tout Miséricordieux
L’auteur nous dit (qu’Allah lui fasse miséricorde) :
[LES DIFFERENTES CATEGORIES DU MOT]

Le langage arabe
Ces mots-là se divisent en trois catégories :
Le nom se reconnaît par sa terminaison qui va se faire soit par une « Kesrah » au cas indirect du mot [الخفض] , soit par un dédoublement de sa voyelle finale ce que l’on a appelé le « Tennouine » [التَّنْوِينِ ] en arabe ; et par le fait que le mot soit introduit par l’article défini qui est composé de la lettre « alif et lam », ou bien introduit par une des particule du cas indirecte qui sont [ مِنْ] « min », [إِلَى ]« ilaa », [ عَنْ] «ane » , [ عَلَى ]« alaa », [ فِي] « fy », [ رُبَّ ]« robba », [ الْبَاءُ]« elba », [الْكَافُ] « elkaf », [اللَّام ]« ellam », ainsi que les particules de serment : [اَلْوَاوُ] « elwaw », [ الْبَاءُ]« elbaa », et [ التَّاءُ] « etta ».

Le verbe se reconnaît par certains signes qui sont [ِقَدْ] « Qad », [السِّينِ] « essine » et [سَوْفَ] « sawfa », ainsi que [َتَاءِ اَلتَّأْنِيثِ اَلسَّاكِنَة] le « taa » féminin qui porte un soukoune. le nom, le verbe et la préposition qui indique un sens particulier selon le contexte de la phrase. : est constitué de mots qui vont être prononcés, donnant un sens comme il a été établi par les arabes eux-mêmes.

Et la préposition : est celle qui n’accepte ni les signes qui permettent de reconnaître un nom, ni les signes qui permettent de reconnaître un verbe.

[CHAPITRE DE LA DECLINAISON]

La déclinaison est le changement de la terminaison du mot causé par différents acteurs grammaticaux physiques soient-ils ou sous entendu.

Celle-ci se divise en quatre catégories :
le cas nominatif [رَفْعٌ], le cas accusatif [نَصْبٌ], le cas indirect spécifique du nom [خَفْضٌ] et le cas indirect spécifique du verbe [جَزْمٌ ].

En ce qui concerne les cas grammaticaux des noms , nous avons le nominatif, l’accusatif et le cas indirect spécifique [ الْخَفْضُ] « Elkhafdh » ; à signaler que le cas indirect spécifique du verbe [ٌالْجَزْم] n’intervient pas dans les noms.

Et quand aux verbes, leurs cas grammaticaux sont le nominatif, l’accusatif et le cas indirect spécifique [ٌالْجَزْم] « Eldjazm » ; à signaler aussi que le cas indirect spécifique du nom [الْخَفْضُ] n’intervient pas dans les verbes.

[CHAPITRE DE LA CONNAISSANCE DES SIGNES DE LA DECLINAISON]

Le nominatif possède quatre signes :
« la damah » [الضمة] (voyelle de la langue arabe vocalisée par le son « ou » pour les lettres à sonorités aigues, ou par le son « o » pour les lettres à sonorités graves), la lettre « waw » [الواو] et la lettre « alif » [الْأَلِفُ] ainsi que la lettre « noun » [النُّونُ].

Quand à la « damah » [الضمة]celle-ci va être le signe du nominatif dans quatre structures bien spécifiques : dans la structure du nom de genre singulier [اَلِاسْمِ اَلْمُفْرَدِ], dans la structure du nom pluriel irrégulier [َجَمْعِ اَلتَّكْسِير] (c’est à dire le nom dont la structure initiale va être « cassé », transformé et modifié lors de son pluriel), et dans la structure du nom féminin pluriel régulier [جَمْعِ اَلْمُؤَنَّثِ اَلسَّالِمِ] (c'est-à-dire le nom auquel nous allons rajouter une terminaison pour former son pluriel sain),ainsi que dans la structure du verbe à l’inaccompli [الْفِعْلِ اَلْمُضَارِعِ](c'est-à-dire l équivalent du présent et parfois du futur de la langue française) dont, sa terminaison n’a pas été mis en contact avec quoi que ce soit ( c'est-à-dire qui n’a pas été mis en contact avec le pronom sujet féminin ou avec des particules d’insistance).

Quand à la lettre « waw » [الواو],celle-ci va être le signe du nominatif dans deux structures particulières : dans la structure du nom masculin pluriel régulier [جَمْعِ المذكر اَلسَّالِمِ], et dans la structure des cinq noms spécifiques composés [اَلْأَسْمَاءِ اَلْخَمْسَةِ] qui sont : َ[أَبُوكَ ] qui signifie ton père, [أَخُوكَ] qui signifie ton frère, [حَمُوكَ] qui signifie ton beau frère, [فُوكَ] qui signifie ta bouche, [ذُو مَالٍ] qui signifie celui qui possède, par exemple, des richesses.

Quand à la lettre « alif » [الْأَلِفُ],celle-ci va être le signe du nominatif spécialement dans le duel des noms.

Quand à la lettre « noun » [النُّونُ], celle-ci va être le signe du nominatif dans la structure du verbe à l’inaccompli [الْفِعْلِ اَلْمُضَارِعِ] si celui-ci a été mis en contact avec le pronom sujet duel ou le pronom sujet pluriel ou bien le pronom sujet de la deuxième personne du féminin singulier.

L’accusatif (ou le cas direct) possède cinq signes :
la « fateha » [الْفَتْحَة] (voyelle de la langue arabe vocalisée par le son « è » pour les lettres à sonorités aigues, ou par le son « a » pour les lettres à sonorités graves), la lettre « alif » [الْأَلِفُ] , la « kesrah » [الْكَسْرَةُ](voyelle de la langue arabe vocalisée par le son « i » pour les lettres à sonorités aigues, ou par le son « é » pour les lettres à sonorités graves), la lettre « yaa » [َاليَاءُ], et la suppression de la lettre « noun » [حَذْفُ النُّونِ].

Quand à la « fateha » [الْفَتْحَة], celle-ci va être le signe de l’accusatif dans trois structures particulières : dans la structure du nom de genre singulier [اَلِاسْمِ اَلْمُفْرَدِ], dans la structure du nom pluriel irrégulier [َجَمْعِ اَلتَّكْسِير] et dans la structure du verbe à l’inaccompli [الْفِعْلِ اَلْمُضَارِعِ] à condition que celui-ci sois introduit par une particule du cas accusatif et que rien ne vienne s’accrocher à sa terminaison (ni pronom sujet féminin et ni particules d’insistance ).

Quand à la lettre « alif » [الْأَلِفُ], celle-ci va être le signe de l’accusatif dans la structure des cinq noms spécifiques composés, en exemple : ["رَأَيْتُ أَبَاكَ وَأَخَاكَ"] ce qui signifie : « J’ai vu ton père et ton frère », et tout ce qui peut ressembler à cela.

Quand à la « kesrah »
[الْكَسْرَةُ], celle-ci va être le signe de l’accusatif dans la structure du nom féminin pluriel régulier [جَمْعِ اَلْمُؤَنَّثِ اَلسَّالِمِ].

Quand à la lettre yaa » [َاليَاءُ], celle-ci va être le signe de l’accusatif dans la structure du nom au duel [التَّثْنِيَةِ], et dans la structure du nom pluriel masculin régulier [جَمْعِ المذكر اَلسَّالِمِ] (ici l’auteur a laissé sous entendre le « pluriel masculin régulier » lorsqu il a cité le pluriel dans son traité).

Quand à la suppression de la lettre « noun » [حَذْفُ النُّونِ],celle-ci va être le signe de l’accusatif dans la structure des cinq verbes spécifiques de l’inaccompli dont le signe de leur nominatif est établi avec un « noun » fixé à sa fin.

Le cas indirect spécifique du nom [خَفْضٌ] possède trois signes :
la « kesrah » [الْكَسْرَةُ], la lettre « yaa » [َاليَاءُ], et la « fateha » [الْفَتْحَة].

Quand à la « kesrah »
[الْكَسْرَةُ], celle-ci va être le signe du cas indirect spécifique du nom dans trois structures : dans la structure du nom de genre singulier qui se décline normalement [الْاِسْمِ الْمُفْرَدِ الْمُنْصَرِفِ], dans la structure du nom pluriel irrégulier qui lui aussi se décline normalement [َ جَمْعِ التَّكْسِيرِ الْمُنْصَرِفِ], et dans la structure du nom féminin pluriel régulier [جَمْعِ اَلْمُؤَنَّثِ اَلسَّالِمِ].

Quand à la lettre « yaa » [َاليَاءُ],
celle-ci va être le signe du cas indirect spécifique du nom dans trois structures : dans la structure des cinq noms spécifiques composés [اَلْأَسْمَاءِ اَلْخَمْسَةِ], dans la structure du nom au duel [التَّثْنِيَةِ], et dans la structure du nom pluriel masculin régulier [جَمْعِ المذكر اَلسَّالِمِ].

Quand à la « fateha » [الْفَتْحَة], celle-ci va être le signe du cas indirect spécifique du nom dans la structure du nom qui ne se décline pas correctement [الْاِسْمِ الَّذِي لَا يَنْصَرِفُ].

Le cas indirect spécifique du verbe [ٌالْجَزْم] du possède deux signes :
le « soukoune » [السُّكُونُ], et la suppression de la terminaison du verbe irrégulier [ الْحَذْفُ ].

Quand au « soukoune » [السُّكُونُ],celui-ci va être le signe du cas indirect spécifique du verbe [ٌالْجَزْم] dans la structure du verbe régulier à l’inaccompli [الْفِعْلِ الْمُضَارِعِ الصَّحِيحِ الْآَخِرِ].

Quand à la suppression de la terminaison du verbe irrégulier [ الْحَذْفُ ], celle-ci va être le signe du cas indirect spécifique du verbe [ٌالْجَزْم] dans la structure du verbe irrégulier et la structure des cinq verbes spécifiques de l’inaccompli dont le signe de leur nominatif est établi avec un « noun » fixé à sa fin.

[ traduit par ibnouahmed à suivre...]

Mis à jour ( Mardi, 25 Novembre 2008 12:22 )